Archives de catégorie : Clavier – Souris – Trackpad …

Clavier Victor

Clavier Victor

Etat du produit : Moyen, manque la touche f1 et la touche flèche droite.

Ce clavier est en AZERTY Français et porte la Marque Victor Technologies mais je ne sait pas avec quel ordinateur il était fourni. Si vous avez des infos, merci de partager ;-)

Sirius Systems Technology était une entreprise dont l’activité était la fabrication d’ordinateur personnel à Scotts Valley en Californie.

Elle est fondée 1980 par Chuck Peddle et Chris Fish, des anciens de MOS Technology. En 1982 Sirius achète Victor Business Systems, connu pour ses calculatrices, et change son nom en Victor Technologies. Le micro ordinateur Sirius S1 est alors rebaptisé Victor 9000.

Le Victor 9000 est conçu par Peddle— qui conçoit le Commodore PET— et lance en 1981 comme Sirius 1.  Le Victor 9000/Sirius S1 fonctionne avec le CP/M-86 et le MS-DOS mais n’est pas un compatible IBM PC.

Victor Technologies fait faillite et est racheté par le groupe suédois Datatronic 1984, qui continue à vendre des PC par Kyocera sous le nom Victor.

Sirius Victor avait 2 avantages importants sur son concurrent IBM PC : un clavier complet permettant de passer de texte à clavier chiffres en direct (chez IBM il fallait appuyer sur une touche à chaque changement de texte/chiffres) et aussi un matériel « portable » avec disque DUR là où IBM N’avait à même époque que des matériels de bureau à disquette limitée en capacité

Sources : Wikipédia

Clavier RCA VP611 ASCII

Etat du produit : Neuf avec sa notice dans son emballage d’origine.

Radio Corporation of America ou RCA était une entreprise américaine dont le nom, qui appartient aujourd’hui à Technicolor, est utilisé par Sony BMG Music Entertainment en tant que label discographique et par d’autres sociétés pour commercialiser des produits électroniques.

RCA a donné son nom aux prises RCA, ou prises cinch, couramment utilisées dans le domaine audio/vidéo.

RCA a été créée en 1919 aux États-Unis par General Electric qui cherchait alors un moyen de contrôler le secteur émergent de la radio. La société a repris les activités de Marconi et commercialise les équipements fabriqués par General Electric et Westinghouse.

À partir de 1926, RCA s’engage sur le marché des stations de radio commerciales, rachetant les réseaux WEAF et WCAP à AT&T, les stations WJZ de New York et WRC de Washington, pour former National Broadcasting Company (NBC).

En 1929, RCA s’empare de la société Victor Talking Machine Company, plus grand fabricant de gramophones et d’enregistrements pour gramophones, qui devient alors RCA Victor. RCA imagine aussi le procédé Photophone d’enregistrement du son pour le cinéma. En 1930, la société lance le premier électrophone avant de commercialiser les premiers disques 33 tours pour concurrencer les disques 78 tours. Mais c’est un échec, et RCA abandonne le marché au bout d’un an.

RCA s’oriente alors vers la télévision dont il produit ses premiers postes de réception après la Seconde Guerre mondiale. Ses recherches l’amènent à participer au développement du Radar dans sa contribution à l’effort de guerre. Sous le coup de la loi antitrust américain, RCA doit céder en 1943 une partie de son réseau de stations de radio NBC au PDG de Life Savers, Edward J. Noble. Ce réseau deviendra American Broadcasting Company (ABC) en 1946.

Après avoir lancé le premier disque 45 tours en 1949, RCA développe un procédé de télévision en couleurs qui sera adopté comme standard par le National Television System Committee, lequel lui donnera en 1953 son nom, plus connu sous l’acronyme de NTSC. La société produit à l’époque tous les équipements de la chaîne, des caméras de prise de vue aux téléviseurs. RCA cède alors ses activités de gros matériel à Whirlpool Corporation, qui obtient le droit de les commercialiser sous le nom de RCA Whirlpool. Elle s’oriente à la fin des années 1950 dans la fabrication d’ordinateurs, concurrençant des marques comme IBM, Burroughs Corporation, Honeywell, NCR Corporation et Univac, avant d’abandonner cette activité en 1971.

RCA est en effet pénalisé par la décision d’IBM d’infléchir sa politique de compatibilité de l’IBM 360 tout en cassant les prix.

Sources : Wikipédia