Macintosh Portable V.1

Etat du produit : Bon, bien conservé dans sa mallette d’origine.

Nota : Je recherche la V.2, celle sortie en février 1991 avec le trackball ;-)

Le Macintosh Portable fut la première tentative d’Apple pour faire un Macintosh plus facilement transportable. Lancé en septembre 1989, il fut accueilli avec beaucoup d’enthousiasme par la critique, mais il s’en vendit peu durant les deux ans de sa commercialisation. La cause était certainement son prix trop élevé (6 500 $) pour une machine très peu évolutive et peu puissante par rapport aux Macintosh de bureau (Macintosh IIx, IIcx, IIci), prix qui était en partie dû à un écran LCD à matrice active, technologie très chère à l’époque. Pesant plus de 7 kg, le Macintosh Portable ne peut pas être vraiment considéré comme un ordinateur portable, mais plutôt comme un « transportable » (en comparaison le PowerBook 100, lancé deux ans plus tard, ne pesait que 2,3 kg). Sa batterie à acide lui assurait une longue autonomie de 10 heures. Le premier modèle ne possédant pas de Trackball, il fallait brancher une souris pour l’utiliser.

En février 1991, le Macintosh Portable fut mis à jour : l’écran fut remplacé par un écran rétro éclairé et la RAM modifiée, et le prix fut rabaissé. Fut aussi ajouté le fameux Trackball. Cela ne suffit pas à faire décoller les ventes et la commercialisation fut arrêtée à la fin de la même année.

Cet ordinateur contient deux sources d’alimentation : une batterie de type plomb-acide (composé de trois éléments de 2 Volts) et une pile de 9 volts. Si la pile de 9 volts est déchargée, l’ordinateur ne démarrera pas : il faut la remplacer. Il peut aussi être alimenté par une alimentation extérieure de 7,5 Volts et 1,5 A.

Caractèristiques :

  • processeur : Motorola 68000 cadencé à 16 MHz
  • adressage 24 bits
  • bus système 16 bits à 16 MHz
  • ROM : 256 Ko
  • RAM : 1 Mo extensible à 8 Mo
  • écran LCD à matrice active intégré
  • résolutions supportées :
    • 640 × 400 en 1 bit (monochrome)
  • disque dur interne SCSI optionnel de 40 Mo
  • lecteur de disquette 1,44 Mo 3,5″
  • slots d’extension:
    • 1 emplacement pour modem (en option)
    • 1 emplacement pour un second lecteur de disquette
    • 1 connecteur mémoire spécifique de type SRAM (vitesse minimale : 100 ns)
  • connectique :
    • 1 port SCSI (DB-25)
    • 2 ports série (Mini Din-8) pour le modem et l’imprimante
    • 1 port ADB
    • 1 port DB-19 pour un lecteur de disquette externe
    • 1 sortie vidéo HDI-15 pour écran externe
    • sortie son : stéréo 8 bits
  • dimensions : 10,3 × 38,7 × 37,7 cm
  • poids : 7,2 kg
  • consommation : 5 W
  • systèmes supportés : Système 6.0.4 à 7.5.5.

Sources : Wikipédia

 

Mandrake Linux 9.2

Linux Mandrake est une distribution française basée sur les standards GNU-Linux, et fonctionne sur toutes les architectures compatibles Intel (x486, Pentium, Pentium Pro, Pentium MMX, Pentium II, III et clones). Linux Mandrake associe la puissance et la stabilité des systèmes Unix à la flexibilité et l’agrément du bureau KDE (mais aussi depuis la version 6.0 de Gnome, de WindowMaker, AfterStep…). Linux Mandrake est livré avec le célèbre serveur web Apache, Gimp (le clone de Photoshop), Netscape Communicator et beaucoup d’autres applications. La Mandrake est disponible soit sous forme de « pack » ou téléchargeable librement via un serveur FTP.

Mandrake a vu le jour en juillet 1998 sous le nom de « Linux Mandrake 5.1 », elle reposait principalement à l’époque sur la Red-Hat 5.1 et KDE 1.0. La distribution se compose des packages de base de la Red Hat complété par d’autres applications. Le premier avantage est que l’ensemble de la distribution est immédiatement fonctionnel après l’installation, il n’y a plus les interminables réglages d’XFree89… Néanmoins certains réglages devrons se faire à postériori, mais pas de panique, ils s’effectuent pour la plupart en mode graphique (connexion internet, son…).

En novembre 1998, la Mandrake 5.2 est disponible et dès le début de février 1999, c’est au tour de la 5.3. Au moment de la rédaction de ces quelques ligne, la dernière version en date est la 6.1…

Les différentes versions se distinguent par la mise à jours successives des logiciels intégrés ainsi que par l’ajout de nouveaux programmes dont Kvirc (0.8), Licq (0.44) et x11amp (0.65) par exemple dans la version 6.0.

La dernière Mandrake (version 6.1) est disponible depuis quelques mois. Un peu déçus par la version 6.0, cette nouvelle version vient corriger d’important « bug » et remettre à jour l’ensemble des packages. Il n’y a véritablement rien de nouveau par rapport à la version précédente. Cette nouvelle version reprend l’ensemble de la Red Hat 6.0 en simplifiant un peu plus l’installation mais aussi la configuration du système.

L‘installation est devenue un véritable jeu d’enfant… l’utilisateur se retrouve devant un environnement graphique entièrement configuré et immédiatement utilisable. L’installation peut s’effectuer comme à la coutumé – redémarrage sur une disquette « boot » – ou directement depuis Ms-Windows. Mandrake 6.1 intégré non seulement le bureau KDE, mais aussi Gnome, AfterStep, EE, ou encore WindowMaker. Tous les bureaux sont entièrement configuré et peuvent être utilisable immédiatement. Gimp et StarOffice viennent compléter cette ensemble et apportent au système une dimension bureautique indéniable (uniquement dans la version « pack »).

L‘installation graphique n’est – et ne sera visiblement plus – l’apanage des seules Mandrake ou Caldera. Cette distribution vient confirmer que Linux n’est pas uniquement un environnement de développer mais qu’il peut être aussi simple d’installation et d’utilisation que tout autres OS « commerciaux ».

Linux Mandrake se distingue par la simplicité de sa prise en main… Cette distribution est faite essentiellement pour les novices qui veulent passer à Linux en douceur. De plus, cerise sur le gâteau pour les francophone, les FAQ et les « man’s » sont en français, et un guide d’installation et d’utilisation était disponible sur leur site.

Pour terminer, le « pack Mandrake linux » est une distribution très complète et offre une solution bureautique d’une qualité indéniable. De plus, un projet visant à la détection des différents matériels (cartes sons, cartes graphiques et modems – appelé « Lothar » est en cour de réalisation.

Vous pouvez télécharger cet version ici : https://old-linux.com/

Sources : internet

Ubuntu 9.10 Desktop Edition

Ubuntu 9.10 est la onzième version d’Ubuntu.

Le développement de cette nouvelle version a débuté à la sortie de Ubuntu 9.04 « The Jaunty Jackalope ». Elle sera suivie, en avril 2010, par Ubuntu 10.04 LTS « The Lucid Lynx ».

La version finale est sortie le 29 octobre 2009. Elle est soutenue par des correctifs de sécurité pour une durée de 18 mois, soit jusqu’en avril 2011.

À propos du nom de code de développement

Le terme Karmic se traduit littéralement en français par karmique. Le karma est un principe présent dans plusieurs religions orientales selon lequel le sort de chacun est déterminé par « la somme de ce qu’un individu a fait, est en train de faire ou fera. » Une façon élégante d’annoncer que Ubuntu 9.10 capitalisera sur les avancées introduites par ses prédécesseurs.

  • Firefox 3.5 comme navigateur par défaut. Note : Firefox 3.5 est tourné vers la performance, la stabilité, la rapidité d’exécution des pages et du javascript (voir benchmark).
  • Upstart vraiment utilisé, avec la réécriture des scripts init.
  • Système de fichier Ext4 par défaut.
  • Portage de l’interface Moblin V2.
  • Le chargeur de démarrage est maintenant Grub2 avec une organisation complètement différente dans la gestion et les fichiers de configuration.
  • Support des cartes Ati radeon .
  • vol_id est remplacé par blkid.
  • Ubuntu-software-center (alias Logithèque Ubuntu) : nouvelle interface d’installation des applications remplaçant ainsi ajouter/supprimer.
  • Gestion des disques (montages, formatage et options) via l’application Palimpsest.
  • Un computer-janitor amélioré et plus complet, permettant la gestion des nettoyages et excédents en tout genre sur votre installation.
  • Meilleure intégration des clés 3G notamment grâce au nouveau paquet usb-modeswitch.
  • Système simplifié d’ajout des dépôts ppa (avec ajout automatique de la clef du dépôt correspondant).
  • Ajout de l’environnement complet de bureau lubuntu-desktop basé sur le très léger LXDE (très utile pour les vieux Pentium II avec peu de RAM).
  • Suppression de l’interface de configuration des droits d’accès (gnome-policykit) : Administration / Autorisations.
  • Noyau 2.6.31
    • Ubuntu 9.10 fait partie des premiers systèmes d’exploitation à prendre officiellement en charge la norme USB 3.0.
    • Kernel-based mode-setting (KMS) activé par défaut pour les cartes Intel
    • Possibilité d’utilisation de l’ext4 en mode non journalisé (utile pour les mémoires de type flash)
    • De nombreuses corrections de bugs et optimisations.

    # Les nouveautés :

    • kmemleak : Détection des fuites mémoires (noyau)
    • kmemcheck : Détection des accès à la mémoire non initialisée
    • fsnotify : Nouvelle API de notification du système de fichiers
    • Kernel-based mode-setting (KMS) pour Radeon
    • perfcounters : moniteur de performances
    • I/O topology : arrangement physique des blocs sur les périphériques
    • Btrfs : améliorations des performances
    • SELinux : corrections suite aux dernières failles

    # En bref :

    • Prise d’empreinte passive dans Netfilter
    • ext3 : meilleures performances pour le chargement des ACLs
    • ext4 : défragmentation à chaud
    • ARM : prise en charge des plate-formes GTA02/Freerunner, ST-Ericsson U300, Palm Treo 680 et OMAP4
    • rfkill : désactivation des ondes radios (WiFi)
    • 64 To de mémoire vive sur x86_64
    • juju : Nouvelle pile firewire/IEEE 1394
    • PPS : support des signaux de haute précision des périphériques Pulse Per Second (GPS)
    • USB 3.0 fait son entrée
    • Blocage du chargement de module dans le noyau
    • Optimisation de l’allocation mémoire (pages mémoires)
    • gcov : Support de l’outil de profilage
    • Implémentation du protocole réseau 802.15.4 (Zigbee)
    • Nouvelle API pour les pilotes réseaux
    • CUSE : Pilote en mode caractère en espace utilisateur
    • Mise en veille ou en hibernation de mainframe IBM ZSeries

    # Il est prévu que le noyau 2.6.32 accueille le résultat du travail de Rafael Wysocki sur le « Runtime power management ». Ces patchs implémentent une infrastructure centralisée de gestion de l’énergie qui permettra de mettre en veille et de rallumer à la volée les divers périphériques d’une machine afin de gagner en consommation d’énergie. Ce travail de fond (plus de 17 révisions depuis la proposition initiale) est décrit en détail dans la documentation technique.

    # Le système de fichiers en réseau NFS a connu de nombreux ajouts lors des dernières versions du noyau Linux. Ce travail prépare progressivement l’entrée de la version 4.1 et permettra de proposer un accès bien plus rapide aux données à travers le réseau. C’est le mécanisme Parallel NFS (pNFS) qui permet cela en envoyant les données à partir de plusieurs disques en parallèle (technique de striping). Le noyau 2.6.31 a accueilli le code qui gère le client NFS 4.1 et il est prévu que le futur noyau 2.6.32 intègre la gestion serveur.

  • Ubuntu 9.10 inclus la version 2.28 de GNOME, apportant plusieurs changements dont :
    • Le nouveau logiciel de messagerie instantanée Empathy, en lieu et place de Pidgin
    • Partage de l’affichage de son bureau via Telepathy/VNC
    • Epiphany : abandon de XulRunner au profit de Webkit
    • Nettoyage des bibliothèques et API, pour préparer l’arrivée du futur Gnome 3, dont Gnome-Shell et Zeitgeist devraient être les éléments centraux.

    La version 4.3 de KDE apporte plus de stabilité et de maturité ; la gestion de logiciels s’effectue via kpackagekit comme pour Jaunty.

Vous pouvez télécharger toutes les versions d’Ubuntu ici : http://old-releases.ubuntu.com/releases/

Sources : Ubuntu-fr

Ubuntu 9.04 Desktop Edition

Ubuntu 9.04 est la dixième version d’ubuntu_distribution Ubuntu. Son nom de code est « The Jaunty Jackalope », le jackalope enjoué, sortie le 23 avril 2009. Elle est soutenue par des correctifs de sécurité pour une durée de 18 mois, soit jusqu’au 23 octobre 2010. Elle suit Ubuntu 8.10 « The Intrepid Ibex » et précède Ubuntu 9.10 « The Karmic Koala ».

À propos du nom de code

Mark Shuttleworth, le fondateur de la distribution Ubuntu, a annnoncé en septembre 2008 sur la liste de diffusion ubuntu-devel-announce le nom de code de développement la prochaine version d’Ubuntu : The Jaunty Jackalope. Le jackalope est un animal imaginaire du folklore américain, mélange entre le lièvre et l’antilope, proche du Wolpertinger européen ou du dahu français.

Ubuntu 9.04 inclut la version 2.26 de GNOME, apportant plusieurs changements dont:

  • Brasero, une application de gravure de CD/DVD développée par Philippe Rouquier et Luis Medinas, devient le logiciel de gravure par défaut ;
  • une meilleure gestion des écrans multiples dans gnome-display-properties grâce à une version améliorée par Federico Mena Quintero ;
  • Evolution, logiciel de messagerie et gestionnaire de tâches, peut désormais importer des dossiers personnels de Microsoft® Outlook® (fichiers PST) et gère le protocole MAPI des serveurs Microsoft Exchange®;

D’autres applications ont aussi été mises à jour :

  • la suite bureautique OpenOffice.org passe à la version 3.0.1 et comprend désormais le filtre d’importation de fichiers Office Open XML ;
  • le jukebox Rhythmbox 0.12 gère plus de baladeurs et a de meilleures performances lorsque les options d’accessibilité sont activées ;
  • le navigateur web Firefox 3.0.9 est pourvu de mises à jour de sécurité ;
  • le logiciel de téléphonie sur IP Ekiga en version 3.2 propose une vidéophonie plus fluide et intègre vos contacts du carnet d’adresse d’Evolution.
  • Un nombre important de changements au processus de démarrage d’Ubuntu apportent une amélioration notable des performances lors du chargement d’Ubuntu.
  • Les réglages de taille et de clarté (dot-per-inch) des polices d’affichage sont désormais optimisées selon les capacités de votre écran, plutôt que d’être configurées par défaut à 96 dpi. Vous pouvez toutefois paramétrer plus en profondeur vos réglages dpi avec le gestionnaire d’apparence, présent dans le menu Système → Préférences.Si vous avez plusieurs écrans, ils peuvent être détectés et gérés séparément (Clones ou non, résolution, activé ou désactivé)
  • Même si le thème Human reste le thème par défaut, trois nouveaux thèmes s’ajoutent à DarkRoom, introduit dans la version 8.10 d’Ubuntu. Aux teintes sombres et métalliques s’ajoutent à la liste des thèmes disponibles : Dust, Dust Sand et New Wave… pour le plaisir de vos yeux !
  • Inclus dans Ubuntu 9.04 : un petit utilitaire permettant de régler les préférences des infobulles de notifications, comme leur emplacement lors de leur apparition. Le style des infobulles a aussi été complètement revu.
  • La dernière version du serveur graphique X.org, la 1.6, inclut de nombreuses améliorations qui ont permis la transition de la gestion de plusieurs cartes graphiques vers des pilotes libres.Les pilotes de cartes graphiques -ati ont reçu plusieurs correctifs et améliorations de performances. Il utilise maintenant par défaut la méthode d’accélération graphique EXA. L’accélération 2D est gérée avec les nouvelles familles de cartes R6xx/R7xx. La gestion de la 3D est aussi disponible avec le pilote libre -ati pour les cartes jusqu’aux modèles R5xx. Une version mise à jour du pilote propriétaire -fglrx est proposée pour les possesseurs de cartes R6xx/R7xx qui voudraient profiter de la gestion 3D.
  • Le raccourci [CTRL]+[ALT]+[Retour arrière], utilisé pour interrompre brutalement le serveur graphique puis le redémarrer, a été désactivé par défaut afin de réduire les incidents fâcheux d’utilisateurs inexpérimentés qui entraient accidentellement cette combinaison de touches sur leur clavier. Pour les utilisateurs avertis, ce comportement peut être rétabli en exécutant la commande « dontzap --disable » dans un terminal.La combinaison à utiliser en remplacement, plutôt que de lancer la commande, est : Alt+SysRq+K. La touche SysRq est la même que celle d’impression écran, « Impr écr » ou « Print screen ». Elle est généralement située en haut droite du clavier.
  • Ubuntu 9.04 inclut un noyau Linux 2.6.28 gérant le nouveau système de fichiers ext4. Ubuntu 9.04 peut désormais être installé dans une partition formatée en Ext4. Néanmoins, Ext3 restera le système de fichiers par défaut préféré par l’installateur avec les options de partitionnement assisté, et Ext4 pourrait être considéré comme un remplaçant dans la prochaine version selon les retours d’expérience que feront les utilisateurs.Grâce à Curtis Gedak, Ext4 est pris en charge par la nouvelle version de l’éditeur de partitions GParted, et Colin King a apporté la gestion de Ext4 par l’amorceur GRUB. Notez que si vous convertissez votre partition racine ou une partition d’amorçage (/boot) de Ext2 ou Ext3 vers Ext4, vous devrez réinstaller votre amorceur GRUB avec grub-install. Autrement, vous ne serez pas en mesure de démarrer Ubuntu, car la version de GRUB installée dans le secteur d’amorçage de votre disque dur ne reconnaît pas le système de fichiers Ext4 et ne saura donc pas charger un noyau à partir d’une telle partition. Pour une nouvelle installation, GRUB est automatiquement installé avec la gestion de Ext4.
  • Ubuntu 9.04 Édition Serveur vous permet de tester l’«informatique dans les nuages» grâce à Eucalyptus, une avant-première technologique open source. Il vous permet d’utiliser votre propre serveur pour déployer, expérimenter et tester vos propres nuages privés conformes à l’API Amazon EC2. Vous pouvez créer dynamiquement des machines virtuelles, configurer des clusters multiples en tant qu’unique Nuage et même fournir un gestionnaire de stockage compatible S3 et équivalent à EBS.

Vous pouvez télécharger toutes les versions d’Ubuntu ici : http://old-releases.ubuntu.com/releases/

Sources : Ubuntu-fr

Ubuntu 8.10 32 bits

Ubuntu 8.10 (nom de code The Intrepid Ibex, le bouquetin intrépide) est la neuvième version d’Ubuntu, publiée le 30 octobre 2008. Elle suit Ubuntu 8.04 LTS et précède Ubuntu 9.04.

  • L’environnement de bureau KDE 4 (Ubuntu, Ubuntu Educational Addon)
  • La gestion des onglets et l’éjection de périphériques externes dans Nautilus
  • Gestion native des archives de type ALZ, RZIP, CAB, TAR.7Z dans File-Roller
  • Promotion de ecryptfs dans les dépôts principaux pour une création aisée de répertoires privés chiffrés dans un dossier personnel
  • L’applet User Switcher propose désormais une session invitée avec droits limités
  • Firefox en version 3.0.3
  • Network-Manager 0.7 propose de nouvelles fonctionnalités, dont :
    • paramètres globaux du système (il n’est plus besoin de se connecter à une session utilisateur pour démarrer la connexion à Internet)
    • gestion des connexions 3G (GSM/CDMA)
    • gestion de périphériques multiples actifs simultanément
    • gestion des connexions PPP et PPPOE
    • gestion des périphériques avec configuration d’adresses IP statiques
  • Intégration d’un greffon pour Totem pour regarder du contenu audio-visuel de la BBC.
  • Passage à la dernière mouture de Gimp, la version 2.6, et donc à la pléthore de nouveautés que cela représente.
  • Samba 3.2 gère désormais le transfert sécurisé dans le réseau et IPv6, s’intègre mieux aux dernières versions des clients et serveurs Microsoft® Windows™ et gère mieux les serveurs groupés
  • Nouvelle version de Wubi fonctionnant sous les systèmes Windows dont le nom contient des lettres accentuées
  • Noyau Linux 2.6.27
  • X.org 7.4
  • Ajout d’un mode de chargement « Dernière configuration fonctionnelle » conservant une copie du dernier noyau et des modules s’étant chargés correctement. Ceci permet au gestionnaire de paquets de retirer les anciennes versions du noyau, rendant moins imposante la liste des noyaux disponibles lors de l’amorçage d’Ubuntu
  • DKMS pour profiter des nouveaux noyaux sans attendre la disponibilité de nouveaux paquets pour certains modules propriétaires
  • PAM Authentication framework

Vous pouvez télécharger toutes les versions d’Ubuntu ici : http://old-releases.ubuntu.com/releases/

Sources : Ubuntu-fr

Ubuntu 8.04 32 bits

Ubuntu 8.04 LTS (nom de code The Hardy Heron, le héron robuste) est la huitième version d’Ubuntu. Elle a été publiée en version stable le 24 avril 2008. Elle suit Ubuntu 7.10 « The Gutsy Gibbon » et précède Ubuntu 8.10 « The Intrepid Ibex ».

La variante Ubuntu s’est vue octroyer l’étiquette de version soutenue à long terme. Elle a été soutenue pendant 3 ans sur les postes de travail (jusqu’au 12 mai 2011) et continue de l’être pendant 5 ans sur les serveurs (jusqu’en avril 2013). Le label LTS ne s’applique que pour la variante Ubuntu; les autres variantes (Kubuntu, Kubuntu Remix, Xubuntu et Edubuntu) ne profitent pas de ce label.

  • L’environnement de bureau GNOME 2.22.1 (Ubuntu, Ubuntu Educational Addon), KDE 3.5.9 (Kubuntu) ou KDE 4.0.4 (Kubuntu Remix), ou Xfce (Xubuntu)
  • World Clock Applet, une nouvelle horloge
  • Nouveaux applets, dans le tableau de bord, pour indiquer l’état d’indexation de Tracker
  • Compiz en version 0.7.4, qui apporte notamment de nouveaux effets graphiques
  • OpenOffice.org 2.4
  • InkScape 0.46 pour un support natif de la création de documents PDF avec du texte et des graphiques.
  • Firefox en version 3.0 rc 1
  • Transmission remplace Gnome-BitTorrent comme gestionnaire par défaut de transferts par BitTorrent
  • Le logiciel de gravure Brasero, en remplacement de Serpentine, complète les outils basiques de gravure de CD et DVD de Nautilus
  • Uncomplicated FireWall (ufw) permet de gérer facilement les règles de pare-feu
  • Network-Manager 0.6.6 (remplace 0.6.5 et permet notamment de choisir plus facilement quels reseaux doivent se connecter automatiquement)
  • L’amélioration du protocole APT pour gérer l’installation de plusieurs paquets à la fois
  • GIO/GVFS
  • PolicyKit, pour gérer finement des droits d’accès aux logiciels et fonctionnalités du système
  • Vinagre, un client VNC pour gérer des ordinateurs distants qui peut aussi découvrir les serveurs VNC par Avahi
  • L’onglet Ressources du Moniteur Système est retravaillé
  • Intégration de Wubi dans le Desktop CD d’Ubuntu, pour permettre une installation rapide d’Ubuntu sous Windows
  • uMenu, un nouveau menu de démarrage du Desktop CD sous Windows pour découvrir et installer des logiciels libres sous Windows
  • Noyau Linux 2.6.24
  • X.org 7.3
  • PulseAudio
  • Cairo donne un look plus raffiné à certaines applications
  • KVM est désormais officiellement maintenu dans le noyau d’Ubuntu
  • Intégration de ActiveDirectory
  • Support du protocole iSCSI dans le noyau
  • Intégration de nouveaux mécanismes de protection de la Mémoire

Vous pouvez télécharger toutes les versions d’Ubuntu ici : http://old-releases.ubuntu.com/releases/

Sources : Ubuntu-fr

Ubuntu 7.10 32 bits et 64 bits

Ubuntu 7.10 (nom de code The Gutsy Gibbon, le gibbon fougueux) est la septième version d’Ubuntu. La version stable est sortie le 18 Octobre 2007. Elle suit Ubuntu 7.04 « The Feisty Fawn ».

Ubuntu 7.10 n’est plus maintenue depuis le 18 avril 2009.

  • L’environnement de bureau GNOME (version 2.20.0).
  • La suite bureautique OpenOffice.org en version 2.3.
  • Les effets 3D du bureau activés par défaut, si la configuration de votre ordinateur le permet.
  • Un applet de recherche qui gère les actions fréquentes, les marque-pages Internet et de recherche, les carnets d’adresses et autres.
  • Un applet de changement d’identité, utile dans un environnement multi-utilisateurs.
  • L’assistant d’Ubuntu pour l’intégration de greffons à Firefox, qui facilite l’installation de greffons et d’extensions par paquets
  • Firefox en version 2.0.0.8 (avec mises à jour de sécurité)
  • Thunderbird version 2
  • Un moyen simple d’installer le flashplayer propriétaire sur Ubuntu 64bits
  • Lecteur d’animations Flash Gnash
  • L’intégration du protocole APT, qui facilite grandement le téléchargement et l’installation de paquets depuis Internet.
  • Un gestionnaire d’installation de paquets GDebi pour KDE est désormais intégré à Kubuntu.
  • Configuration/détection automatique des imprimantes USB et réseau
  • Nouvel outil de configuration des imprimantes
  • Interface graphique de configuration du serveur graphique X.org. Cet utilitaire est aussi accessible en mode de secours, en cas de problème
  • Installation rapide de pilotes non-libres pour certains périphériques
  • GTK+ 2.12
  • Mise en place de AppArmor, pour la sécurité
  • X.org 7.2 avec support de xrandr, qui permet la détection et la configuration automatique de l’écran
  • Activation du support en écriture sur les partitions NTFS (ntfs-3g)
  • Meilleure gestion de la consommation électrique (pour ordinateurs portables)
  • Nouveaux profils d’installation pour Ubuntu Server

Vous pouvez télécharger toutes les versions d’Ubuntu ici : http://old-releases.ubuntu.com/releases/

Sources : Ubuntu-fr

Ubuntu 7.04 32 bits et 64 bits

Ubuntu 7.04 (nom de code The Feisty Fawn, le faon téméraire) est la sixième version d’Ubuntu. La version stable est sortie le 19 avril 2007. Elle suit Ubuntu 6.10 « The Edgy Eft ».

Ubuntu 7.04 n’est plus supportée depuis le 19 octobre 2008.

  • L’environnement de bureau GNOME (version 2.18.1).
  • Le logiciel de travail collaboratif Evolution 2.9.4.
  • Un outil de migration depuis Windows : prend en charge les favoris Internet Explorer et Firefox, le fond d’écran, les contacts AIM et Yahoo, puis les importe directement dans l’installation du système.
  • L’utilitaire de recherche sur le poste de travail Tracker, plus rapide et intuitif.
  • Une mise à jour du lecteur d’écran Orca qui gère mieux Firefox, Thunderbird, OpenOffice.org et d’autres applications.
  • 2 nouveaux jeux : Sudoku et Echecs.
  • Easy Codecs Installation, un moyen facile de télécharger et installer les codecs nécessaires à une expérience multimédia sous Ubuntu.
  • F-spot dans sa version 0.3, avec des corrections de bogues et une meilleure interaction avec Picasa web interface.
  • Le client de vidéoconférence (VoIP) Ekiga 2.0.4, à l’interface plus intuitive.
  • Ajout de Telepathy, qui permet l’interconnexion des réseaux de messagerie instantanée.
  • La dernière version du client de messagerie Mozilla Thunderbird.
  • Le navigateur web Epiphany 2.17.90, bien intégré à l’environnement GNOME, inclut de nouvelles options de personnalisation (thèmes, marques-pages, historique et menus) et un bloqueur de publicités.
  • Un redesign du partitionneur avancé d’Ubiquity, qui devrait corriger le bogue rencontré durant l’installation graphique d’Ubuntu.
  • Network-Manager est désormais inclus par défaut dans Ubuntu et permet de gérer plus facilement vos connexions réseau filaires et sans-fils.
  • L’intégration de ZeroConf Networking, une collection de protocoles qui tentent de configurer automatiquement votre réseau, pour apporter encore plus de simplicité et d’automatisation et, donc, laisser le moins de questions possible à l’utilisateur.
  • Une nouvelle version de l’analyseur d’usage du disque, qui apporte la visualisation sous forme d’anneaux.
  • Un noyau Linux 2.6.20 qui apporte le support de GFS, un support expérimental d’ext4, et celui de eCryptFS. Le noyau supporte également KVM.
  • kvm permet une virtualisation plus rapide. (Encore en test, pourrait ne pas faire partie de la version finale)
  • GNOME-Power-Manager est maintenant capable d’adapter la vitesse du processeur à l’usage, pour économiser de l’énergie. Utile sur un ordinateur portable
    • GTK+ 2.10.7, qui est une version majeure avec de nombreuses corrections de bugs.
    • Wine, dans sa version 0.9.33, qui apporte des corrections de bugs.

     

Vous pouvez télécharger toutes les versions d’Ubuntu ici : http://old-releases.ubuntu.com/releases/

Sources : Ubuntu-fr

Ubuntu 6.06 LTS 32 bits et 64 bits

Ubuntu 6.06 LTS (nom de code The Dapper Drake, le canard pimpant) est la quatrième version d’Ubuntu. Normalement prévue pour avril 2006, la version stable est sortie avec un peu de retard, le 1er juin 2006. Elle suit Ubuntu 5.10 « The Breezy Badger ».

Cette version d’Ubuntu est la première à poster le label Long Term Support, c’est-à-dire une version maintenue sur une période de temps étendue. Ainsi, contrairement aux versions intermédiaires normales, Ubuntu 6.06 profite de mises à jour de sécurité sur une durée de trois (3) ans pour l’édition pour postes de travail et de cinq (5) ans pour l’édition serveur.

Ubuntu 6.06 profite de mises à jour de sécurité :

  • jusqu’en avril 2009 pour les paquets de logiciels essentiellement utilisés dans une station de travail ;
  • jusqu’en avril 2011 pour les paquets de logiciels essentiellement utilisés dans un serveur.

Ainsi, à partir d’avril 2009, certains paquets de logiciels pourraient ne plus être activement maintenus par Canonical, puisque surtout destinés à des postes de travail. Les composants de serveurs sont pris en charge sur une période étendue, jusqu’en 2011.

Tout au long de sa durée de vie, des recompilations d’Ubuntu 6.06 LTS sont distribuées, afin d’inclure l’ensemble des mises à jour de sécurité directement dans le CD-ROM d’installation d’Ubuntu. Deux CD-ROM Ubuntu 6.06.1 (août 2006) et Ubuntu 6.06.2 (janvier 2008) ont été reconstruits pour introduire les plus récentes améliorations pour les nouvelles installations. Les modifications incluses dans ces recompilations sont automatiquement installées lors des mises à jour régulières d’une installation courante d’Ubuntu 6.06 LTS, tant sur postes de travail que sur serveurs.

Vous pouvez télécharger cette version d’Ubuntu ici : Voir dans le serveur web d’Ubuntu.

Sources : Ubuntu-fr

Mandriva Linux Powerpack 2007

Mandriva 2007 a été publié dans différentes versions payantes et gratuites. Mandriva Linux 2007 est disponible en trois versions : Discovery (pour les débutants Linux), Powerpack (pour les utilisateurs avancés) et Powerpack+ (pour les TPE). Une version de Mandriva One est également disponible (sur CD dans les packs payants et en téléchargement gratuit).

boites-mandriva-linux-2007

Elle intègre notamment un bureau avec effets 3D avec AIGLX et Xgl, l’intégration des environnements graphiques KDE3.5.4 ou GNOME 2.16. La distribution est également proposée avec de nombreux logiciels libres et gratuits et exploite la version 2.6.17 du Kernel Linux. Par ailleurs, un nouveau thème baptisé la Ora (« bonjour » en polynésien) a été implémenté.

Mandriva a développé invictus Firewall – disponible dans la Powerpack+ 2007 – un double pare-feu. Les versions payantes de Mandriva Linux 2007 intègrent également LinDVD (lecteur DVD), Cedega TransGaming (pour jouer aux jeux Windows sous Linux), FlatOut (jeu de voiture 3D), Kaspersky / BitDefender Antivirus Linux ou encore VMWare Player pour faire de la virtualisation. On notera aussi la présence de Skype (VoIP), Amarok(lecteur audio) et RPMDrake (pour installer, désinstaller et mettre à jour des logiciels).

Sources : internet et personnel